Un des défis auxquels vous, traducteurs, êtes confrontés au quotidien est de maîtriser les outils vous permettant de gagner en efficacité. Cela tombe bien, c’est exactement à quoi servent les mémoires de traduction (TM) et les bases terminologiques (TB) ! 😉 

Dans la première partie, nous vous avions montré comment configurer et utiliser le QA checker dans SDL Trados. Aujourd’hui, nos chefs de projet traduction d’Acolad vous montrent comment gérer les bases terminologiques et les TMs dans SDL trados.

 

Qu’est-ce qu’une mémoire de traduction et comment fonctionne-t-elle ?

 

Lorsque vous traduisez avec un logiciel de TAO, toutes les phrases traduites au fur et à mesure du projet sont enregistrées dans une base de données bilingue. La mémoire de traduction est comme un grand tiroir de stockage, dans lequel les classeurs sont les segments avec leur traduction dans la langue cible. Chaque nouvelle mémoire de traduction est vierge au départ et s’enrichit petit à petit grâce à vous.  

Lorsque vous travaillez sur une nouvelle traduction et que vous tombez sur un segment identique traduit dans le texte précédent, la TM vous propose alors une correspondance, c’est-à-dire un segment traduit correspondant au segment source. Chaque projet pour chaque client a sa propre mémoire de traduction.  

Attention toutefois à ne pas confondre mémoire de traduction et traduction automatique: la TM ne traduit pas directement le texte, elle ne fait que suggérer les segments déjà traduits.

 

Quels avantages apporte l’utilisation d’une mémoire de traduction ? 

 

Outre le gain de temps, puisque les mêmes phrases n’ont pas à être retraduites d’un projet de traduction à l’autre, vous aurez une plus grande cohérence , notamment lorsque vous travaillez sur des supports où vous retrouvez les mêmes contenus (par exemple les traductions de sites internet).  

A partir du moment où une mémoire de traduction tombe sur des segments récurrents, ils apparaissent automatiquement. Il y aura donc moins de segments à traduire entièrement et vous aurez davantage de temps à consacrer au contrôle qualité et à la relecture. Et qui dit relecture et assurance qualité approfondie, dit traduction avec moins d’erreurs possibles, et donc de meilleure qualité.😉

 

 

Comment intégrer une mémoire de traduction dans SDL Trados ? 

 

Les TMs sont généralement incluses dans le package par le chef de projet et configurées au préalable. Toutefois, si vous souhaitez ajouter des TMs, allez dans Paramètres du Projet > Paires de langues > Mémoires de traduction et traduction automatique. 

 

Exemple 1

 

Correspondances partielles et fuzzy match : que signifient ces termes ? 

 

Durant la traduction, SDL Trados consulte la mémoire de traduction en permanence pour vérifier la correspondance entre deux segments sources. Un pourcentage de correspondance s’affiche ensuite pour indiquer le degré de similitude entre deux segments.  

Voici à quoi correspondent les pourcentages de correspondance appliqués chez Acolad : 

 

Correspondance parfaite 

“Perfect match” – Une correspondance à 100 % 

100 % de correspondance 

Correspondance contextuelle 

“Context match” – Une correspondance à 100 % qui a également la même phrase précédente et la même phrase suivante exacte 

101 % de correspondance 

Correspondance partielle 

“Fuzzy match” 

 

Entre 74 % et 99 % de correspondance 

 

Nouveau segment 

 

Vous devez retraduire entièrement le segment dans le cas de correspondances inférieures à 74 % 

 

Inférieur à 74 % de correspondance 

 

 

Exemples de correspondances ici 

 

J’ai fini ma traduction, mais le pourcentage de mots traduits reste bloqué : que dois-je faire ? 

 

Si le pourcentage de mots traduits reste bloqué bien que la traduction soit terminée : 

  • Vérifiez dans un premier temps si tous les segments ont bien été validés ; 
  • Sinon, faites un clic droit sur le nom du fichier > Tâches en mode batch > Nombre de mots. 

 

Exemple 2

 

 

Gérer la terminologie dans SDL Trados 

 

La terminologie est un élément clé de la traduction et constitue certainement la partie la plus difficile du travail d’un traducteur. 

 

A quoi sert la terminologie ?  

Le travail terminologique vise à comprendre le sens exact d’un terme source dans un contexte spécifique et vous aide à trouver l’équivalent approprié dans la langue cible. Les logiciels de TAO utilisent les bases terminologiques avec des informations plus complètes qu’un glossaire pour catégoriser les termes : les définitions, le contexte, la source, les informations grammaticales, etc. 

 

Quels sont les avantages d’avoir une base terminologique ? 

 

La terminologie nécessite souvent de nombreux efforts et des recherches complexes, mais vous avez les mêmes avantages avec la base terminologique qu’avec la mémoire de traduction, à savoir : 

  • Gain de temps pendant un projet et pour les suivants ; 
  • Amélioration de la cohérence et de la qualité globale de la traduction ; 
  • Contrôle qualité plus rapide, précis et réduction des erreurs possibles ; 
  • Gestion de la terminologie et de la mémoire de traduction sur une seule et même plateforme. 

 

Comment gérer la terminologie ? 

 

Il existe différentes façons de gérer la terminologie, de la simple liste de termes dans un fichier Excel jusqu’aux bases terminologiques complexes intégrées aux outils de TAO.  

En utilisant une base terminologique, vous bénéficiez de suggestions terminologiques automatiques.  

Une bonne pratique consiste à enregistrer les mots (noms, verbes, adjectifs) sous leur format de base, à savoir au singulier, en minuscule (sauf exceptions) et à l’infinitif. Pour certains termes, il est nécessaire d’inclure la sensibilité à la casse et les contextes appropriés afin d’améliorer les suggestions terminologiques et ainsi réduire le nombre de faux positifs dans les vérifications QA. 

Si vous voulez trouver d’autres bonnes pratiques pour gérer la terminologie, n’hésitez pas à consulter notre e-book dédié aux outils de TAO.

 

 

Comment intégrer la base terminologique dans SDL Trados ? 

 

Généralement, les bases terminologiques sont incluses dans le package par le chef de projet. Mais il arrive que les bases soient envoyées séparément. 

Voici comment procéder pour en ajouter d’autres : 

  1. Cliquez sur Paramètres de la base terminologique du projet  
  2. Cliquer sur Ajouter, puis sur Parcourir…, et sélectionner la base terminologique. 

 

Exemple 3

 

Une fois la base terminologique dans Studio : pour obtenir des informations supplémentaires sur un terme en particulier, cliquez sur Afficher les détails du terme et consultez les éventuelles indications et explications complémentaires sous Context/Explanation, Validation Source, etc. 

 

Comment utiliser une base terminologique ? 

  1. Allez dans Paramètres du projet > Paires de langues > Toutes les paires de langues > Bases terminologiques > Utiliser > Base terminologique MultiTerm sur fichier 
  2. Sélectionnez Ouvrir la base terminologique sur fichier, recherchez la base terminologique sauvegardée, puis cliquez sur Ouvrir

 

Exemple 4

 

Pour afficher les résultats de recherche dans la base terminologique pour le segment source sélectionné, cliquez sur Reconnaissance terminologique lorsque vous êtes dans la vue éditeur.  

Pensez à déplacer la fenêtre de reconnaissance terminologique comme vous le souhaitez, afin que les termes soient bien visibles. 

 

 

Maintenant vous savez comment gérer la mémoire de traduction et la terminologie dans SDL Trados ! 😊 Dans le prochain article, nous vous montrerons les raccourcis, plugins et autres astuces pour configurer l’éditeur et éviter les répétitions. 

Si vous avez d’autres questions ou conseils à partager sur les TMs ou la terminologie, n’hésitez pas à les partager dansnotre groupe de discussion ! 

N’oubliez pas de nous suivre surFacebooketLinkedIn, si ce n’est pas encore fait, pour ne rien rater des dernières actualités d’Acolad Community !